Textualité et projet en architecture. Approche herméneutique et comparative de l’écrit en situation de concours (Recherche doctorale effectuée sous la direction du professeur Jean-Pierre Chupin)

Recherche

Palombi, Lucie, (2019-), Montréal, Au croisement de deux disciplines apparemment disjointes – l’architecture et la littérature – repose une activité : l’écriture. Si l’écriture en architecture peut sembler secondaire par rapport aux usages du dessin et du modèle, les traces de cette pratique nous sont parvenues depuis la plus haute Antiquité. Certaines d’entre elles sont même devenues des monuments littéraires : De l’architecture (Vitruve), L’art d’édifier (Leon Battista Alberti), L’architecture considérée sous les rapports de l’art, des moeurs et de la législation (Claude-Nicolas Ledoux), ou encore Vers une architecture (Le Corbusier) ; autant d’ouvrages publiés par de grands éditeurs de littérature.
Nos interrogations doctorales porteront sur la démarche des architectes qui participent à des
concours et témoignent explicitement d’une relation du projet à l’écriture. Les concours, procédures qui
reposent sur un véritable dispositif d’analyse comparative, seront notre source documentaire privilégiée.
L’objectif principal de notre enquête sera de mieux comprendre les processus cognitifs et créatifs
engagés dans les rencontres architecture/écriture à travers le prisme des textes de concours d’architecture. Au final, il s’agit de contribuer à une définition de l’écriture architecturale en situation de concours.
En quoi l’écriture de qualité en architecture (la théorie) relève-t-elle de l’architecture ou de la littérature ? L’écriture en architecture constitue-t-elle un genre littéraire ?

scroll to top