Financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada jusqu’en 2027, un important partenariat de recherche sur la qualité de l’environnement bâti réunit – pour la première fois – 14 universités,
70 chercheurs et 68 organismes publics et privés aux plans municipal, provincial et national.

La valeur totale de ce partenariat correspondra à 8.6M$ dont: 2.5M$ du CRSH, 6.1M$ des partenaires incluant 4.2M$ de contributions en nature). Un tel investissement confirme l’engagement de tous les partenaires ainsi que l’importance de la démarche collaborative.

 

Le partenariat stimulera un dialogue vital démontrant comment ceux qui participent activement à la réflexion et à la création de l’environnement bâti à travers le Canada peuvent contribuer à une redéfinition de la qualité conduisant à plus d’équité, plus de valeur sociale et plus de durabilité à un moment critique pour notre planète.

Coordonné, depuis l’Université de Montréal, par la Chaire de recherche du Canada en architecture, concours et médiations de l’excellence (CRC-ACME), le partenariat La qualité de l’environnement bâti au Canada : Feuilles de route vers l’équité, la valeur sociale et la durabilité s’adresse à la diversité des environnements publics qui ont un impact sur la vie quotidienne de millions de Canadiens dans les espaces urbains, les bâtiments et les paysages.

Le programme se donne 3 objectifs :
1. Analyser les limites actuelles des normes et modèles environnementaux pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.
2. Co-concevoir de nouvelles voies vers l’équité, la diversité et l’inclusion dans l’environnement bâti.
3. Définir de nouveaux cadres pour la définition de la qualité afin d’améliorer la valeur sociale de l’environnement bâti grâce à des feuilles de route vers la qualité.

Pour atteindre ces objectifs, le partenariat réunit méthodologiquement 4 ensembles d’acteurs concernés par l’utilisation, l’étude, la planification, la conception, la construction et la gestion des environnements bâtis :

  • Les citoyens (représentants des communautés, y compris les minorités et les populations sous-représentées).
  • Les villes (acteurs nationaux, provinciaux et municipaux de la commande publique des environnements bâtis).
  • Organismes d’évaluation de la qualité (associations professionnelles, institutions qui décernent des prix d’excellence, conseils, villes).
  • Les universités (équipes de recherche interdisciplinaire).

Pour la première fois et à une échelle sans précédent dans les disciplines du design au Canada, le projet rassemble 14 universités, toutes les écoles d’architecture et la plupart des départements d’architecture du paysage et de design environnemental. Il mobilise 23 disciplines concernées par l’impact des environnements bâtis sur les citoyens. Soixante-huit organisations partenaires, y compris des institutions nationales et des organisations à but non lucratif, se joindront à une conversation portant sur quatre groupes thématiques afin d’aborder les considérations urgentes sur la qualité relatives à :

1- La justice spatiale et l’amélioration de la qualité de vie.
2- La résilience intégrée, la culture matérielle et la réutilisation adaptative.
3- La conception inclusive pour la santé, le bien-être, le vieillissement et les besoins spéciaux.
4- Les processus et politiques soutenant la réinvention des environnements bâtis.

Cet effort de collaboration sans précédent stimulera la formation, les stages et les connexions entre des centaines d’étudiants et des communautés de pratique. Le partenariat s’engagera dans une co-création intersectorielle de connaissances dont les résultats prendront la forme de « feuilles de route vers la qualité » (guides, analyses d’études de cas exemplaires, ressources pour la réflexion sur la conception et proposition de politiques publiques, etc.). Ceux-ci constitueront un Atlas vivant de la qualité dans l’environnement bâti instauré sur une plateforme numérique créée avec le soutien de la Fondation canadienne pour l’innovation. Conçu comme un forum public sur la valeur sociale, économique et environnementale de la qualité, l’Atlas vivant offrira un accès libre à des répertoires de projets primés, des études de cas, des analyses comparatives, des ressources et articles scientifiques, des podcasts didactiques interprétatifs, des cartes analogiques et des visualisations.

 

Subvention de partenariat du CRSH no 895-2022-1003

 

Pour consulter la liste complète des co-chercheurs, des collaborateurs et des partenaires officiels : 

Lien vers la plateforme du CRSH :

https://www.sshrc-crsh.gc.ca/results-resultats/recipients-recipiendaires/2021/pg-sp-fra.aspx

 

Comité de pilotage (2022-2023)

 

Josie C. Auger, PhD, Adjunct professor, Athabasca University

Jean-Pierre Chupin, PhD, Professeur, Université de Montréal, directeur du partenariat CRSH

Carmela Cucuzzella, PhD, Professor, Concordia University

Doramy Ehling, CEO, Rick Hansen Foundation

Terrance Galvin, PhD, Professor, Laurentian University

Thierry Montpetit, OAQ OAA, Public Services and Procurement Canada

Lyne Parent, Directrice, Association des architectes en pratique privée du Québec

Brian Robert Sinclair, PhD, Professor, University of Calgary

Federica Goffi, PhD, Professor, Carleton University

Robert M. Wright, MLA, Professor, University of Toronto

 

Dimitri Weibel, MSc Pol. Sc., coordinateur du partenariat CRSH

Le projet, dénommé Potentiels de la qualité architecturale : Équité, durabilité et ouverture culturelle, aura Jean-Pierre Chupin (Ph. D.) pour coordonnateur d’équipe. Le montant de la subvention octroyée au LEAP par le FRQSC (soutien aux équipes de recherche / Universitaire-renouvellement) pour ce projet s’élève à $423,420 et s’étalera sur une durée de 4 ans, donc jusqu’en 2027!

Pour 2022-2027, la programmation du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle prend appui sur l’arrimage de trois chaires de recherche pour aborder une problématique centrale qui impacte directement la vie quotidienne de millions de citoyennes et citoyens : la qualité des environnements bâtis.

La programmation du projet Potentiels de la qualité architecturale : Équité, durabilité et ouverture culturelle, s’articule sur 3 axes :

  • Axe 1 : Équité, justice spatiale et amélioration de la qualité de vie (arrimé à la Chaire de recherche du Canada (2) sur la justice spatiale, McGill);
  • Axe 2 : Impératifs de durabilité et qualités matérielles des environnements construits (arrimé à la Chaire de recherche en design écologique et intégré, Concordia);
  • Axe 3 : Ouverture culturelle et processus de reconnaissance de la qualité architecturale (arrimé à la Chaire de recherche du Canada (1) en architecture, concours et médiations de l’excellence, Montréal).

La réflexion collective sur la qualité entend brosser un portrait global et cohérent de notre discipline et de son renouvellement, mais également, et peut être surtout, démontrer comment les acteurs de l’environnement bâti peuvent contribuer à une redéfinition de la qualité à un moment critique de notre histoire collective. L’équipe est composée de chercheurs des quatre universités montréalaises.

  • Université de Montréal : Jean-Pierre Chupin, Georges Adamczyk, Izabel Amaral, Denis Bilodeau, Anne Cormier, Bechara Helal, Virginie LaSalle
  • Université Concordia : Carmela Cucuzzella, Cynthia Hammond
  • Université McGill : Ipek Türeli
  • UQÀM : Thomas Bernard Kenniff, Louis Martin

Résumé

Ce livre est la première étude scientifique à se concentrer sur les prix décernés dans le domaine de l’architecture et de l’environnement bâti et à enquêter sur leur croissance exponentielle depuis les années 1980. La célébration de l’excellence en architecture et dans les domaines connexes reste un phénomène sur lequel il existe étrangement peu d’examen scientifique. Il est désormais nécessaire de prendre une distance critique pour s’interroger sur ce que les prix sont censés incarner, symboliser, et peut-être mesurer. Chacun des dix chapitres de ce volume est centré sur une question liée à des thèmes aussi variés que la comparaison des prix Pritzker et Nobel, le Prix de Rome, la redéfinition de la qualité par les prix, les prix verts et la durabilité, la multiplication des prix durables, les prix du patrimoine, les prix des livres d’architecture, l’attribution des prix d’architecture scolaire, les prix comme médiations et les prix comme dispositifs pédagogiques.

Deux éloges à propos de cet ouvrage

Ce livre propose une analyse approfondie de la pratique répandue consistant à reconnaître la qualité des travaux d’architecture par des prix, des récompenses et des concours de projets décernés à des individus, des travaux collectifs et des constructions. Cette étude opportune se penche sur une culture contemporaine de la reconnaissance qui est largement considérée comme allant de soi et qui n’a pas encore été appréhendée comme un phénomène global et croissant qui a connu une croissance exponentielle depuis les années 1980. Les contributeurs abordent ainsi les controverses, les ambiguïtés et les lacunes qui entourent ce contexte, y compris les questions de préjugés sexistes, de diversité culturelle, de transparence, et la manière dont les médias, la politique et les prix financiers influent sur les prix d’architecture. Les auteurs apportent un éclairage érudit introuvable ailleurs, ce qui constitue une contribution opportune aux connaissances qui nous permettra de mieux comprendre le contexte dans lequel opèrent les pratiques architecturales contemporaines.

Federica Goffi, Ph.D.,
École d’architecture (Université Carleton)

Ce livre soulève, d’une manière tout à fait saine et rationnelle, la question controversée du jugement de la qualité dans les arts, en levant le voile sur la tendance très humaine et parfois inconvenante à favoriser les gagnants et à suivre l’argent, tout en laissant espérer un développement continu des mécanismes qui permettent des jugements valides, promeuvent la qualité authentique et encouragent les praticiens actuels et futurs. Il s’agit d’un point de vue inhabituellement équilibré. C’est un guide utile pour comprendre comment les choses ont fonctionné et pour agir intelligemment afin de rendre les choses plus équitables.

David Vanderburgh, docteur en droit,
Laboratoire d’architecture et de l’environnement bâti (Université catholique de Louvain)

Auteurs et Éditeurs

Jean-Pierre Chupin, Carmela Cucuzzella, Georges Adamczyk (Éd.)

par Dana Buntrock (University of California, Berkeley), Marco Polo (Ryerson University), Jean-Pierre Chupin (Université de Montréal), Carmela Cucuzzella (Concordia University), Sherif Goubran (The American University in Cairo, Egypt), Aurélien Catros (Université de Montréal), Adélie de Marre (Université de Montréal), Lucie Palombi (Université de Montréal), Alexandra Paré (Université de Montréal), Typhaine Moogin (Université Libre de Bruxelles), Georges Adamczyk (Université de Montréal)

Bonjour,

La Chaire de recherche du Canada en architecture concours et médiations de l’excellence ayant eu l’honneur d’être associée à la préparation et à la mise en place de ce concours historique, j’ai le plaisir de vous transmettre cette invitation aux présentations publiques des 6 équipes de réputation internationale qui auront lieu en ligne le 11 avril 2022.Merci de bien vouloir relayer sur vos réseaux.

Jean-Pierre Chupin

http://crc.umontreal.ca

En mai 2021, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a lancé un concours de conception architecturale dans le cadre du réaménagement de l’îlot 2, un îlot urbain entier situé juste en face des bâtiments du Parlement du Canada, au sud de la Colline du Parlement.

Le renouvellement de l’îlot 2 est un élément essentiel de la vision et du plan à long terme (VPLT) pour la Cité parlementaire. Le concours de conception garantit que la conception finale de cet îlot urbain apportera une nouvelle vitalité à une partie importante du boulevard de la Confédération. L’objectif est de transformer ce regroupement d’édifices en un complexe novateur qui répondra aux besoins du Parlement et du public, aujourd’hui et à l’avenir.

Le 11 avril, les six équipes de conception finalistes présenteront leurs concepts pour l’îlot 2 de façon virtuelle et publique. Nous vous saurions gré de bien vouloir faire part de l’invitation ici-bas au sujet de la présentation publique à vos réseaux.

Peu de sites ont autant d’importance que l’îlot 2, un îlot urbain entier situé juste en face des bâtiments du Parlement du Canada, au sud de la Colline du Parlement. Au nord, il fait face à l’édifice du Centre et à sa tour de la Paix.

Le renouvellement de l’îlot 2 est un élément essentiel de la vision et du plan à long terme (VPLT) pour la Cité parlementaire. Le concours de conception qui a débuté au printemps 2021 garantit que la conception finale de cet îlot urbain apportera une nouvelle vitalité à une partie importante du boulevard de la Confédération. L’objectif est de transformer ce regroupement d’édifices en un complexe novateur qui répondra aux besoins du Parlement et du public, aujourd’hui et à l’avenir.

Joignez-vous à nous pour entendre les concurrents parler de leur vision pour cet important espace situé dans la capitale du Canada. Les six équipes finalistes présenteront leurs concepts architecturaux pour l’îlot 2.

PRÉSENTATEURS :

  • Zeidler Architecture Inc., en association avec David Chipperfield Architects
  • Diamond Schmitt Architects, en coentreprise avec Bjarke Ingels Group, KWC Architects et ERA Architects
  • Provencher Roy + Associés Architectes Inc.
  • Watson MacEwen Teramura Architects, en coentreprise avec Behnisch Architekten
  • WilkinsonEyre, en association avec IDEA Inc.
  • NEUF architect(e)s, en coentreprise avec le Renzo Piano Building Workshop

Joignez-vous à nous
11 avril 2022
10 h à 13 h (HAE)

Cet événement se déroulera de manière virtuelle via Facebook Live (avec interprétation audio). Il n’est pas nécessaire d’avoir un compte Facebook pour assister à l’événement.

Connaissez-vous des personnes qui souhaiteraient assister à cette présentation ? Veuillez leur envoyer cette invitation.

À PROPOS DE LA COMPÉTITION :

Après un processus de présélection approfondi, douze équipes d’architectes ont été invitées à soumettre des propositions de conception pour l’îlot 2 qui enrichiraient l’image du Canada et de sa capitale sur la scène internationale. Parmi ces équipes, six finalistes ont été invités à développer leurs conceptions, lesquelles seront présentées lors de cette présentation publique. L’équipe et le projet gagnants seront recommandés au ministère par un jury indépendant. Ce concours de conception a été approuvé par l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC), et des conseillers professionnels ont été désignés pour superviser le processus global du concours.

« Il ne s’agit pas de la supériorité de l’être humain par rapport aux édifices, ou de la construction de bâtiments qui prennent l’endroit de haut. Il s’agit de faire en sorte que les gens et le lieu ne fassent qu’un. » — John Ralston Saul, conseiller honoraire de l’IRAC, concours de conception de l’îlot 2

Conférence publique (en vidéo) :

 

L’architecture après COVID : Une perspective Latourienne
Cette conférence a été orchestrée par Albena Yaneva, Professeure de théorie de l’architecture à l’Université de Manchester et directrice du Manchester Architecture Research Group [MARG].

Date et heure : Le 5 avril 2022 à 17h45.
Où ? Amphithéâtre 1120, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal.

Séminaire doctoral :

 

Ce séminaire a été tenu par Albena Yaneva, Professeure de théorie de l’architecture à l’Université de Manchester et directrice du Manchester Architecture Research Group [MARG].

Date et heure : Le 6 avril 2022 de 14 h 30 à 18 h 00.
Où ? Next Generation Cities Institute, 2155 Rue Guy, 14ème étage, Montréal, Québec.

 

Présentation des étudiants et des candidats au doctorat : 

Morteza Hazbei, étudiante au doctorat, Programme INDI, Université Concordia
Mesurer le non-mesurable : Une proposition pour paramétrer les qualités architecturales urbaines. 

Aristofanis Soulikias, étudiant au doctorat, Programme INDI, Université Concordia
A Touch of Place : Sentir et exprimer la ville par le biais de l’animation cinématographique artisanale. 

Fatemeh Mehrzad, étudiante au doctorat, Programme INDI, Université Concordia
Les médias sociaux comme moyen d’échange pour influencer, recueillir et activer des valeurs sociales pour la régénération urbaine.

Moh Abdolreza, étudiant au doctorat, Programme INDI, Université Concordia
Où est le sans-abrisme ? Quand est-on sans-abri ? Analyse spatio-temporelle des définitions du sans-abrisme de l’OCDE

Aurélien Catros, étudiant au doctorat en architecture, Université de Montréal
Penser par les modèles: Le phénomène de projection dans les processus de conception architecturale

Lucie Palombi, étudiante au doctorat en architecture, Université de Montréal L’architecte en concours, un écrivain ou un écrivant ?

 

En discussion avec :

Dr. Jean-Pierre Chupin, Professeur, École d’architecture, Université de Montréal
Chaire de recherche du Canada en architecture, concours et médiations de l’excellence

Dre. Carmela Cucuzzella, Professeure, Design et arts numériques, Université Concordia
Chaire de recherche de l’Université Concordia en conception intégrée et durabilité pour l’environnement bâti (IDEAS-BE), Co-directrice et fondatrice, Next Generation Cities Institute (NCGI)

 

Évènement organisé par : 

Chaire de recherche de l’Université Concordia en conception intégrée et durabilité pour l’environnement bâti (IDEAS-BE).

Cette conférence à propos de l’architecture post-pandémique sera tenue par Albena Yaneva, Professeure de théorie de l’architecture à l’Université de Manchester et directrice du Manchester Architecture Research Group [MARG].

 

La pandémie de COVID-19 a fait émerger de nouvelles interrogations sur les interrelations entre architecture, science et société – des questions qui restaient latentes dans la pratique professionnelle. En se basant sur une expérience ‘d’ethnographie à distance’ et un questionnaire envoyé à 130 agences d’architecture dans le monde, cette conférence se propose de montrer l’ampleur du potentiel transformatif que la crise a exercé sur les pratiques des architectes. Cette analyse prend appui sur la théorie sociologique du philosophe français Bruno Latour et fournit une redéfinition du « pouvoir d’agir » (agency) et de ses fluctuations dans la conception architecturale dans un monde post-COVID. L’approche pragmatique Latourienne nous permet de traiter les objets humains et non humains de la vie collective d’une manière symétrique. En réévaluant le rôle des techniques, des objets et de la matière dans les pratiques des architectes, elle permet – par le même effet – d’entamer une nouvelle réflexion sur la dimension sociale de l’architecture et des formes d’associations politiques, sociales et éthiques qui permettent le vivre ensemble à la fois urbain et planétaire.

 

L’événement est organisé par la Chaire de recherche du Canada en architecture concours et médiations de l’excellence (CRC-ACME) et l’équipe interuniversitaire du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (LEAP).

 

Informations pratiques : 

La conférence aura lieu le mardi 5 avril 2022 à 17h45 dans l’amphithéâtre 3110 de la Faculté de l’aménagement, à l’Université de Montréal. 

 

Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur Albena Yaneva avant de vous rendre à la conférence, n’hésitez pas à consulter ses publications récentes et à venir.

Livres récents :

The New Architecture of Science: Learning from Graphene. Singapore: World Scientific 
Crafting History: Archiving and the Quest for Architectural Legacy, Ithaca and London: Cornell University Press. 

À paraître :

Latour for Architects (Thinkers for Architects), London: Routledge.

Architecture after Covid, London: Bloomsbury Publishing.

 

Présentation par : Jean-Pierre Chupin, professeur titulaire de la CRC-ACME, coordonnateur du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle.

Renseignements : jean-pierre.chupin@umontreal.ca

 

CRC-ACME : www.crc.umontreal.ca

LEAP : www.leap-architecture.org

Page de référence au programme de doctorat en architecture individualisé de l’Université de Montréal : https://architecture.umontreal.ca/programmes-detudes/phd-individualise-en-architecture/

Le vendredi 3 décembre 2021, Bechara Helal, Professeur d’Architecture à l’Université de Montréal, a organisé une journée d’étude au Centre de Design de l’UQÀM. L’événement était complet en formule ‘présentiel’, mais il était également possible d’y assister via Zoom (une inscription était requise).

Vous trouverez les détails de l’événement en cliquant sur ce lien

Cette journée d’études est présentée dans le cadre de l’exposition Pier Luigi Nervi maître concepteur bâtisseur qui se poursuit jusqu’au 6 février 2022.

 

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

9h00 : Accueil

9h30 : « Construire correctement » : Pier Luigi Nervi et les dynamiques croisées de la conception et de la recherche dans la construction

  • Bechara Helal, professeur, École d’architecture, Université de Montréal

10h30 : Structures et modèles : explorations et investigations réelles et virtuelles de systèmes constructifs non conventionnels

  • Thibaut Lefort, ingénieur en structure et associé, Latéral Inc.

11h30 : Comment se mouvoir dans le domaine du constructible aujourd’hui en architecture? ou L’hybridation des connaissances et des métiers

  • Jean-Marc Weill, architecte et ingénieur, directeur du bureau d’ingénierie et d’architecture Construction & Environnement, professeur à l’ENSA Paris-Est, Université Gustave Eiffel

12h30 : Pause lunch

14h00 : Table ronde sur les pratiques croisées de recherche et de conception en architecture et en génie modérée par Bechara Helal, professeur, École d’architecture, Université de Montréal

  • Valérie Chartrand, ingénieure en structure, NCK – Nicolet Chartrand Knoll Inc. 
  • Martin Houle, architecte, associé et chargé de projet, ELEMA experts-conseils
  • Thibaut Lefort, ingénieur en structure et associé, Latéral Inc.
  • Jean-Marc Weill, architecte et ingénieur, directeur du bureau d’ingénierie et d’architecture Construction & Environnement, professeur à l’ENSA Paris-Est, Université Gustave Eiffel

Mercredi 27 octobre 2021.

L’Atlas de recherche sur l’exemplarité en architecture et dans l’environnement bâti, en collaboration avec l’Institut royal d’architecture du Canada et le Conseil des arts du Canada présente l’ensemble des réalisations récipiendaires d’une Médaille du Gouverneur Général en architecture depuis 1982 sur une même carte interactive ainsi que dans une galerie visuelle rassemblant plus de 250 items.

Un nouveau système de classement par catégories typologiques permet de préciser les requêtes dans la base de données. Un tableau des « items non localisés » rassemble les cas qui ne peuvent apparaître sur la carte parce qu’il s’agit de résidences privées.

La réalisation de cette carte et l’entrée des données dans le système AREA-BE ont été financées par la Chaire de recherche du Canada en architecture, concours et médiations de l’excellence dirigée par Jean-Pierre Chupin (www.crc.umontreal.ca), ainsi que par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Les données ont été colligées par l’équipe d’étudiants à la maîtrise en architecture coordonnée par Lucas Ouellet à l’Université de Montréal : Charles Cauchon et Anna Zakharova.

Accéder directement à la carte des Médailles du Gouverneur Général attribuées par le Conseil des arts du Canada et l’Institut royal d’architecture du Canada depuis 1982 :

Accéder directement à la galerie visuelle :

Le concours international d’étudiants invitant à réfléchir à des façons créatives de renouveler l’attrait pour les transports publics lors une crise sanitaire mondiale fait maintenant l’objet d’un livre. Celui-ci est disponible en libre accès dès aujourd’hui.

Réinventer l’attente du bus est un ouvrage en libre accès publié sous la direction de Carmela Cucuzzella, Jean-Pierre Chupin, Emmanuel Rondia et Sherif Goubran aux éditions Potential Architecture Books (Montréal, 2021).

Ce guide créatif, résultat d’un concours international, constitue une synthèse des meilleures idées sous la forme d’une ressource gratuite visant à stimuler les discussions citoyennes et l’engagement des groupes communautaires autour de l’amélioration des petits environnements urbains reliés aux arrêts de bus.

Ce guide didactique, richement illustré, présente des idées qui incitent à l’appréciation des espaces urbains en soulignant l’importance de la nature, de l’art et du design. Réinventer l’attente du businvite les citoyens à réfléchir sur des approches créatives, quartier par quartier, arrêt de bus par arrêt de bus, qui permettraient de dynamiser ces espaces publics de manière interactive, poétique, critique et significative: faisant passer l’environnement immédiat des arrêts de bus d’une spatialité simplement fonctionnelle à une spatialité polyvalente.

Il ne s’agit pas ici de redessiner l’abribus, mais de rendre plus agréable le fait d’attendre le bus, de diverses façons, d’encourager les citoyens à utiliser le bus plutôt que leur voiture, toute l’année, y compris pendant les chaudes journées d’été et les longues périodes d’hiver glacial.

Les idées extraites de projets en provenance de nombreux pays ne sont pas présentées comme des solutions mais comme des principes illustrés rassemblé en 5 vecteurs passant de la culture aux dimensions sociales, des préoccupations écologiques aux innovations technologiques et, de façon générale, à tout ce qui peut accroître le sentiment de bien-être.

Fruit d’une démarche de recherche et de création, ce guide a pour vocation d’inciter les citoyens à se saisir de ces espaces souvent négligés dans lesquelles l’attente devrait faire objet de toute l’attention nécessaire à la valorisation des transports en commun.

  • RÉFÉRENCE :

    Cucuzzella, C., Chupin J.-P., Rondia, E., Goubran, S., (2021), Réinventer l’attente du bus, Montréal, Potential Architecture Books, 139 pages.
    ISBN 9781988962054